Charli XCX et Hannah Diamond rénovent la pop sur la tuerie sensible "Paradise"

charli-xcx-paradise

Ce début d'année fut chargé en émotion pour les fans de Charli XCX. A quelques jours d'intervalle, la jeune anglaise a annoncé la création d'un nouveau label (Vroom Vroom Recordings), la sortie d'un EP de 4 titres (Vroom Vroom) et le lancement de sa propre émission (The Candy Shop) sur Beats 1, la webradio d'Apple Music.

 

Charli XCX, bien décidée à emmener la pop vers le futur à l'aide d'une grosse fusée dans le derrière, balance enfin avec cet EP des morceaux que jusqu'ici les fans se refilaient sous le manteau, sous forme de mp3 au son cradingue enregistrés durant des DJ sets de SOPHIE. Car le Vroom Vroom EP est entièrement produit par ce proche collaborateur de la joyeuse bande londonienne de PC Music, un collectif de musiciens slash plasticiens avec qui Charli est désormais comme cul et chemise.

 

Le résultat ? 4 bombes sonores très caractéristiques de l'univers PC Music, mélange de mélodies pop, de beats aussi cheap que féroces, de voix ultra pitchées, d'électro faite de bleep et de broc. Comme si on avait broyé dans un blender la discographie de Gwen Stefani, Kyary Pamyu Pamyu, Britney Spears, Scooter, Cascada, M.I.A et les compiles Thunderdome, mais avec la touche Charli XCX. En comparaison, même la bitchy pop teenage, délurée et saturée de grosses guitares de l'album SUCKER paraîtrait presque timorée. Le point culminant de cet EP des enfers est le titre "Paradise", où la voix de chipmunk d'Hannah Diamond déroule le plus beau refrain happy hardcore jamais enregistré (les gens qui écoutaient de la dance allemande dans les années 90 comprendront). Soit un vibrant hommage à l'excitation et au romantisme de l'époque des premières raves, que la jeune Charlotte n'a pourtant pas connue. Pour tout vous dire, je considère déjà "Paradise" comme l'un des plus beaux morceaux pop de cette année qui vient pourtant à peine de commencer. La pop de 2016 s'annonce donc très, très bizarre et très, très belle.