Charli XCX & Troye Sivan : le clip de "1999" expliqué à ceux qui n'étaient pas nés

Charli XCX et Troye Sivan rejouent les années 90 dans un clip nostalgique bourré de références. Mais les clins d'oeil de la vidéo de "1999" parlent-ils vraiment aux moins de 20 ans aujourd'hui ? Voici une analyse image par image, pour celles et ceux qui n'étaient pas nés.

 

 

Cumulant près de 5 millions de vues, la vidéo de "1999" vient accompagner le dernier tube de notre popstar préférée Charli XCX. Alors que la chanson, qui carbure aux synthés eurodance et cite Britney Spears, tourne en boucle dans notre playlist, voici toutes les références qui ont peut être échappé aux plus jeunes d'entre nous.

 

 

Steve Jobs et le iMac G3

 

En août 1998, Steve Jobs dévoilait au monde entier le tout premier iMac. La révolution de l'époque, c'était que l'unité centrale et l'écran d'un même ordinateur puissent se trouver dans le même boitier ! Au début disponible en bleu, ce gros oeuf translucide sera par la suite décliné dans toutes les couleurs, transformant instantanément toutes les salles de rédaction et les agences de pub en showrooms pop futuristes. Dans le clip, on peut aussi distinguer une fenêtre de dialogue signée AOL Instant Messenger, l'ancêtre de MSN.

 

 

TLC "Waterfalls"

 

En 1995, le trio r'n'b TLC était au sommet de la chaine alimentaire pop, bien avant l'arrivée des Destiny's Child et des Spice Girls. Tiré de leur album blockbuster CrazySexyCool, le clip de la ballade "Waterfalls" est une merveille visuelle avec ses effets aquatiques gonflés aux CGI, qui alternent avec des moments pas franchement rieurs (un gamin se fait buter lors d'un trafic de drogues, un homme découvre qu'il est atteint du sida). Le titre est devenu un classique nostalgique pour millennials : tout le premier épisode de la série Scream Queens est ambiancé par les notes de ce "Waterfalls" qui en 1995 récolta moult Grammys et MTV Awards et terminera en tête du Billboard. Quelques années plus tard, en 2002, le groupe deviendra duo suite au décès de Lisa "Left Eye" Lopes dans un tragique accident de voiture.

 

 

 

 

Titanic

 

Bien avant qu'il soit obligé de se battre à mains nues avec des ours pour remporter un oscar, Leonardo DiCaprio était LE sex symbol du moment dans le film Titanic, le phénomène ciné de la fin des 90's. Sorti aux Etats-Unis en 1997, le film de James Cameron devint le long métrage le plus vu de tous les temps, avant de devoir laisser sa place à Avatar, un autre film de James Cameron, en 2010. Charli et Troye rejouent ici la fameuse scène de la proue, lorsque le jeune Léo hurlait "I'm the king of the wooooorld" aux côtés de Kate Winslet, avant que le gros bateau réputé insubmersible ne prenne la flotte. La carrière de DiCaprio, elle, ne cessera jamais de tutoyer les sommets.

 

 

 

Spice Girls "Say You'll Be There"

 

En 1999, les Spice Girls étaient déjà amputées de Geri Halliwell, certaines s'étaient lancées dans des carrières solo et ça commençait sérieusement à sentir le sapin pour le futur du girlband. Charli a donc décidé de se remémorer une période plus lumineuse en remontant le temps jusqu'en 1996, date de leur deuxième single "Say You'll Be There". Alors au sommet de la gloire, les Spice Girls avaient tourné le clip dans le désert de Mojave, et s'amusaient à s'envoyer des boomerangs du futur telles des magical girls intergalactiques. Ca n'avait aucun sens mais qu'est-ce que c'était bien.

 

 

 

New Radicals et Skechers

 

Dans la série "one hit wonders", voici le groupe New Radicals. Début 1999, leur tube "You Get What You Give" est en boucle sur toutes les radios US. Sous ses airs de tube pop rock californien de traine-savates au soleil, le titre encapsule toute l'Amérique de la fin des nineties. Name-dropping de superstars, peur du bug de l'an 2000, mal-être de la jeune génération, dénonce du néo-capitalisme cool de l'époque, "You Get What You Give" est peut-être le titre le plus politique et le plus rentre-dedans d'une époque où la pop est alors trop occupée à secouer ses extensions décolorées, et le rock un peu trop le nez dans la poudre. Charli fait ici un savant mix de la pochette de leur single avec une réclame pour la marque de baskets iconique des 90's, les fameuses Skechers, dont Britney Spears ou Christina Aguilera vantaient alors les mérites.

 

 

 

Backstreet Boys "I Want It That Way"

 

Ici, Troye Sivan se paye le clip le plus mythique (et l'un des plus grotesques) des années 90. "I Want It That Way" sort pendant l'été 1999 et devient instantanément la ballade la plus populaire des Backstreet Boys, le boyband qui partage alors les mêmes producteurs que Britney Spears (oui, Max Martin était déjà là). La vidéo de "I Want It That Way", en boucle cette année-là sur MTV, est un sommet de kitsch bling bling de l'époque. Tout de blanc vêtus, chemise ouverte sur débardeur immaculé, les garçons déambulent dans un aéroport, se dandinent devant un jet privé siglé de leur nom, et font hurler des hordes de fans armées de pancartes ("Kisses for Kevin", "Kevin soulève-moi" en français).

 

 

 

Eminem "The Real Slim Shady"

 

De façon un peu anachronique (le titre est sorti en 2000), Troye se déguise en Eminem dans le clip de "The Real Slim Shady". La vidéo, dans laquelle le rappeur se paye à peu près tout le gratin pop de l'époque (Will Smith, Pamela Anderson, les *NSYNC, Christina Aguilera, Britney Spears, tout le monde y passe), est aussi populaire qu'elle est sexiste et homophobe. Et c'est donc avec pas mal d'ironie que le jeune Troye, popstar queer assumée qui critiquait récemment le rappeur pour ses dérapages homophobes sur son dernier album Kamikaze, se retrouve dans la peau du problématique Slim Shady.

 

 

 

American Beauty

 

Sorti en 1999, le film American Beauty (de Sam Mendes) raconte l'histoire d'un père de famille au bout du rouleau qui traverse une crise de la quarantaine dévastatrice en tombant amoureux de la meilleure amie de sa fille. Enorme succès au box office grâce à la mine déconfite de Kevin Spacey, parfait dans son rôle de vieux loser pleutre et libidineux, qui fera tristement écho à sa situation actuelle de paria d'Hollywood à la suite d'accusations d'agressions sexuelles. Charli reprend ici l'affiche d'American Beauty, sur laquelle l'actrice Mena Suvari, l'objet de convoitise du film, est couverte de pétales de roses.

 

 

 

Marilyn Manson et Rose McGowan

 

Avant de devenir l'une des figures du mouvement Me Too, et quelques années avant de percer dans la série Charmed, Rose McGowan était surtout connue pour être la petite amie du rockeur Marilyn Manson. Alors jeune starlette d'une cinéma un peu dark et alternatif (The Doom Generation, Nowhere, Scream), c'est en compagnie du sulfureux auteur de l'album Antichrist Superstar qu'elle fit une apparition remarquée sur le red carpet des MTV Video Music Awards en 1998. La petite fiancée goth de l'Amérique indie et l'épouvantail de l'Amérique puritaine, un couple qui durera deux ans et fera fantasmer tous les cool kids de la planète.

 

 

Les Sims

 

C'est au début des années 2000 qu'Electronic Arts lance Les Sims, un jeu de "simulation de vie". Avec ses glitchs hilarants, son langage chelou (le simlish), ses interactions étranges et son côté dangereusement chronophage, le jeu traumatisera toute une génération et transformera à jamais notre façon d'aborder le gameplay et les affres du quotidien, avec sa façon bien à lui d'aborder la déco, l'hygiène, les accidents domestiques, la drague, la dépression, l'amour, la mort...

 

 

La Baby-G

 

A la base une déclinaison féminine de la marque G-Shock de Casio, la montre Baby-G est devenue un classique fashion de la fin des 90's. Avec ses couleurs flashy et son design "futuriste", la Baby-G était l'accessoire cool par excellence. C'était un peu, pour les fans des Spice Girls, la Apple Watch de son temps.

 

 

Dancing Baby

 

On ne sait plus très bien le pourquoi du comment, mais ce bébé qui danse est l'un des premiers memes de l'histoire des internets. Au départ partagé massivement par quelques darons qui découvraient le web et s'envoyaient alors cette petite animation via leur messagerie AOL au milieu des années 90, le Dancing Baby devint un personnage récurrent de la série Ally McBeal en 1998, pour une raison qu'on ignore toujours. Un classique de pop culture, une sorte d'ancêtre des gifs animés, aussi rudimentaire que flippant, dont on ne s'explique toujours pas sa popularité de l'époque.

 

 

 

Matrix

 

Sorti en 1999, le film Matrix (de ceux qui étaient encore alors les frères Wachowski) est un classique de science-fiction des 90's. Même si l'on n'a pas forcément tout pigé de cette débauche d'effets spéciaux les plus innovants de l'époque, la trilogie Matrix, ses personnages Néo, Trinity et Morpheus, la pilule rouge et la pilule bleue, et tout le folklore autour du film marqueront à jamais l'imaginaire des blockbusters des années 2000 et 2010 (ah, le fameux "futur dystopique"). Presque impossible à regarder aujourd'hui à cause de toutes les parodies et remakes de ses gimmicks de tournage (le très populaire effet "bullet time"), Matrix est aussi grotesque dans la forme que visionnaire et précurseur dans le fond.

 

 

 

Justin Timberlake

 

A la fin des années 90, *NSYNC est le seul boyband qui parvient à concurrencer les incontournables Backstreet Boys. Parmi eux, un certain Justin Timberlake, qui arborait alors des looks de leur époque : jeans oversize délavés, tee-shirts moulants, vestes simili-cuir, total denim, bandanas, chaines en argent, chemises bariolées, col roulé, débardeurs, surplus de l'armée... un dressing teenage pop qui a particulièrement subi les outrages du temps. Mais son look "signature", celui qui pique encore les yeux aujourd'hui, ce sont ces incroyables cheveux jaunes en forme de noodles qui n'attendent qu'un filet d'eau bouillante pour nous régaler.

 

 

Le Projet Blair Witch

 

Sorti pendant l'été 1999, le Projet Blair Witch est le tout premier "found footage movie" de l'histoire. Aussi flippant que rusé, le procédé consiste à nous faire croire que l'on visionne les images d'une caméra amateur retrouvée après que de terribles évènements se soient produits. Ainsi, le film raconte la virée en forêt de trois jeunes cinéastes partis en randonnée et dont on a perdu la trace depuis. Le film connut un succès sans précédent grâce à un buzz sur internet et un bouche à oreille plus qu'efficace. Très éprouvant au premier visionnage (alors qu'il ne s'y passe quasiment rien), le Projet Blair Witch a effrayé toute une génération avant que le procédé ne s'épuise et n'émoustille plus grand monde aujourd'hui (voir les innombrables films de la franchise Paranormal Activity).

 

 

 

Le Nokia 3310

 

Inusable, incassable, inaltérable, le Nokia 3310, apparu fin 2000, est le portable qui démocratisera les SMS surtaxés. Avec lui, on votera pour faire gagner Jenifer à la Star Academy. On téléchargera nos premières sonneries inspirées des tubes du moment. On se ruinera en textos pour draguer l'élu de son coeur ou se donner rendez-vous. "La brique", comme on l'appelait affectueusement, est le doudou générationnel ultime.