Charli XCX & Troye Sivan : pourquoi la pop veut retourner en 1999 ?

Quand l'industrie de la musique va mal, elle a toujours recours aux mêmes ficelles. Quand en 2018, les charts sont squattés par des rappeurs neurasthéniques accros au sirop pour la toux, il n'y a plus qu'une seule issue de secours pour s'échapper : la nostalgie.

 

Charli XCX et Troye Sivan l'ont bien compris, déguisés comme dans le film Matrix sur la cover de leur dernière collaboration, "1999". Oui, retournons à l'innocence d'une époque qu'on n'a pas tout à fait connue (Troye est né en 1995 et la petite Charlotte avait 7 ans en 1999), pour rappeler aux millennials à quel point c'était mieux avant.

 

 

Avec ses références aux débuts de Britney Spears et Eminem, ses petites notes de synthés eurodance et son refrain irrésistible, "1999" est un condensé de feel-good nineties, loin, très loin des contingences des années 2010 en train de s'achever.

 

Car en 1999, quand Troye rêvait de faire des bisous à Jonathan Taylor Thomas de la série Papa bricole, et que Charli devait s'ambiancer en écoutant le CD de Now That's What I Call Music! 44 dans l'autoradio familial, tout était beaucoup plus simple.

 

 

La raison, il va bien falloir l'énoncer un jour : on n'avait ni portable, ni internet. On se faisait chier comme des rats, il n'y avait absolument RIEN à faire, à part regarder la télé et sortir au McDo avec ses potes. La fin des 90's, c'était une époque de glande et de liberté totale où il ne se passait jamais rien, mais c'était tellement bien. Et les ados nés après 2000 la fantasment aujourd'hui tellement fort que la pop music de 2018 ne cesse d'y revenir encore et encore.

 

Peut être parce que les réseaux sociaux sont devenus un endroit totalement navrant et hostile, que le paysage musical contemporain est tellement dépressif que ses jeunes stars n'y survivent même plus (RIP Mac Miller, Lil Peep et XXXTENTACION), et que l'avenir est plus menaçant que jamais... Mais en comparaison, les années 90 et leur ennui mortel paraissent aujourd'hui bien plus enviables et plus fun.

 

Charli et Troye (pourtant officiellement les deux popstars dont le futur aurait vraiment besoin) ont trouvé le remède passager à ce meltdown des enfers : "1999" est aussi efficace que régressif, et donne envie de jeter son smartphone à la poubelle, de regarder des VHS de Daria et de saigner les deux premiers albums des Spice Girls (ainsi que cette super playlist) en craignant le bug de l'an 2000.