Julia, la nouvelle protégée de Mylène Farmer : Lolita malgré nous

Ils ont remis ça. Mylène Farmer, la mère maquerelle de la pop française, et son partner in crime Laurent Boutonnat ont commis un nouveau forfait. Voici Julia, pas tout à fait 17 ans mais déjà des rêves de streams stratosphériques plein la tête. Oui, le duo le plus sulfureux et bankable de la variété hexagonale lance aujourd'hui leur Alizée 2.0, 18 ans après le carton "Moi... Lolita".

 

 

Même processus, même recette. Quand Alizée avait été repérée dans l'émission Graines de star sur M6 début 2000, Julia est une ex-candidate de The Voice Kids en 2015. Signée depuis sur le label de Mylène, Requiem Publishing, c'est ce 12 septembre (jour d'anniversaire de l'interprète de "Pourvu qu'elles soient douces") que sort son premier single : "S.E.X.T.O".

 

 

Après le succès surprise de la réapparition des deux premiers albums d'Alizée (ceux de l'époque Farmer) sur les plateformes cet été, le duo responsable des tubes "Moi... Lolita", "L'Alizé", "Gourmandises", "J'en ai marre !" ou "J'ai pas vingt ans !" s'est peut-être dit qu'il était temps de mettre sur le marché une nouvelle adolescente fredonnant des chansons aux paroles inappropriées.

 

"S.E.X.T.O" reprend les choses là où on les avait laissées au début des années 2000 : sous-texte gentiment coquin, mélodies girly, et surtout, une Julia qui crève l'écran et qui minaude comme jamais. Par contre, on ne va pas se mentir : Laurent Boutonnat a perdu le mojo depuis longtemps, et le titre est un peu un naufrage.

 

 

Comme échappées d'un carton d'invendus de compiles Dance Machine, les sonorités eurodance écorchent un peu les oreilles en 2018. Ce ne serait pas encore trop grave si les paroles (signées Farmer) relevaient le niveau, mais il n'en est rien. On a la désagréable impression d'entendre ces chansons écrites pour des adolescents par des adultes totalement en décalage avec l'époque. Comme si Mylène voulait parler de Snapchat, mais en rédigeant sa chanson sur son minitel. En résumé, prenez "Y'a pas que les grands qui rêvent" remixé par Haddaway avec un refrain qui ressemble un peu à ça, et vous aurez une petite idée de la chose.

 

Le clip qui l'accompagne est bizarrement assez plaisant. On retrouve la petite Julia en studio d'enregistrement, qui envoie des oeillades aux deux charmants preneurs de son, dans un scénario digne des meilleures productions AB. Mais ce sont surtout les parties chorégraphiées qui nous intéressent. Des petits mouvements de danse super efficaces (qui sauvent un peu la chanson du naufrage en lui donnant cette patine Top 50), que l'on doit... à Alizée. On croyait la gagnante de Danse avec les stars fâchée avec sa "génitrice", ce n'est plus le cas visiblement, et la boucle est bouclée.

 

 

"S.E.X.T.O" est donc un objet étrange, hors du temps. On a du mal à se dire que le couple à qui l'on doit des bijoux goth variétés comme "Sans Contrefaçon", "Désenchantée" ou "Sans Logique" puisse être responsable de ce produit un peu bas de gamme. Certes, comme à chaque fois que Farmer penche un peu trop vers l'eurodance et les flonflons des discothèques, il y a toujours ce truc qui fait qu'on y revient quand même (c'est pas les habitués du Tango qui me contrediront). Mais le savoir-faire Farmer / Boutonnat commence sérieusement à montrer des signes de fatigue. Rassurez-vous, à ma connaissance Lolo n'est pas crédité sur le nouvel album de Mylène, Désobéissance, qui sort le 28 septembre.