Taylor Swift "Shake It Off"

taylor-swift-shake-it-off

Hier soir, Taylor Swift était assise au milieu d'un parterre de fans, pour un show d'une demi-heure retransmis en stream sur Yahoo. Il s'agissait en fait d'une sorte de keynote. Oui, comme celles d'Apple, sauf qu'au lieu de nous présenter un nouvel iPhone hors de prix, la chanteuse américaine a dévoilé, au compte-goutte, mesurant chaque effet d'annonce tel un Steve Jobs en surchauffe, des informations sur son nouvel album intitulé 1989 (son année de naissance).

 

Outre des moments un peu awkward (son nouveau single, "Shake It Off", a été dévoilé par le biais d'une petite danse plutôt gênante avec quelques fans), la plus grosse vendeuse de disques aux Etats-Unis s'est plutôt bien débrouillée en maîtresse de cérémonie de ce happening très attendu. Les fans ont dû adorer, mais les autres, comme moi, ne sont pas plus avancés. Mais qui est Taylor Swift ? Voilà une donzelle dont les moindres faits et gestes sont régulièrement décortiqués par la presse et les internautes, un personnage pop dont on connait le nom et le métier de tous les ex boyfriends, on sait ce qu'elle prend au petit déj le matin et la somme (astronomique) de ses royalties est calculée précisément chaque année dans des articles de business news. On sait qu'elle est la meilleure copine de tout un tas de popstars féminines, qu'elle se regarde beaucoup le nombril dans des chansons autobiographiques particulièrement complaisantes. Mais au final, on la regarde parler, avec ses gestes ultra calculés, moitié manic pixie dream girl, moitié basic bitch fortunée, et on se demande qui elle est vraiment. Qui est ce robot rutilant qui rit sur commande et joue la proximité, sans cesse occupée à feindre une mignonne maladresse quand on sait qu'une nana qui écoule 4 millions d'exemplaires de son dernier album aux Etats-Unis ne peut pas être autre chose qu'un monstre de sang froid. Après tout ce temps passé sous les spotlights, impossible de savoir.

 

Alors on ne peut que se concentrer sur la musique. Le prochain disque de Taylor Swift sera 100% pop. Elle délaisse enfin la country, le style qui l'a fait connaitre au grand public nord américain, et qui avait fini par quasiment disparaitre de ses dernières productions. Perso, pour ne pas faire comme tout le monde, j'ai toujours préféré son côté country folk, plus sincère, plus relié à ses racines musicales, à ses dernières tentatives pop ultra formatées et franchement lourdingues ("I Knew You Were Trouble" et "We Are Never Ever Getting Back Together" étaient quand même de sacrés gros loukoums indigestes). Et pourtant, "Shake It Off", le nouveau single de cette nouvelle ère pop 80s, malgré sa vidéo gogol-cringy, est un tube pop franchement sympathique et attachant. Les lyrics sont navrants mais bizarrement ils donnent un certain cachet à une chanson bondissante et positive qui rappelle que le premier degré US aux dents blanches est parfois, un peu comme un bon titre k-pop, une source de joie insoupçonnée. On en viendrait presque à attendre l'album (il sort le 27 octobre).