"Switch" : Iggy Azalea tente de remonter la pente avec un club banger estival et la star brésilienne Anitta

La dernière poignée de fans d'Iggy Azalea peut se réjouir : avec "Switch", la rappeuse australienne s'apprête à enflammer les playlists (à défaut des charts ?) cet été ! Même si Iggy Iggs a toujours un peu la poisse (le clip du single, inachevé mais plutôt marrant, a leaké il y a quelques jours), on est contents de voir qu'elle s'accroche aux branches coûte que coûte, après les flops de ses précédents singles "Team" et "Mo Bounce". Cette fois, "Switch" est vraiment à la hauteur des attentes de son noyau dur de fans (oui oui, les gays, blame it on us) : on est sur du gros club banger estival au refrain imparable. Et ce titre possède un atout majeur, qui pourrait bien lui donner un petit coup de pouce au niveau des ventes...

 

En effet, sans doute après avoir reçu un "COME TO BRAZIL" en commentaire sur son compte Instagram, Iggy a embauché au featuring la star brésilienne du moment : Anitta ! Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Anitta est actuellement la QUEEN en Amérique Latine, avec ses millions d'albums vendus, ses tubes certifiés ("Show das Poderosas", "Bang"), et ses collaborations multi-platinées (avec les colombiens Maluma ou J. Balvin). A 24 ans, elle est devenue incontournable, gère elle-même sa carrière d'une main de maître et bat tous les records de popularité : c'est l'anti Iggy Azalea, en fait. Elle a bien moins besoin d'Iggy que la rappeuse de "Fancy" a besoin d'elle pour relancer sa carrière.

 

Mais bon, pour percer durablement sur le marché nord américain, une petite collab', ça ne mange pas de pain. Et c'est en service minimum (je chante mes lines et je me casse) que la reine Anitta a débarqué ce weekend sur le plateau de Jimmy Fallon, pour une prestation de "Switch" qui avait un arrière goût un peu cheap et bricolo (à l'image de la promo de l'album Digital Distortion, qui sortira ENFIN le 30 juin apparemment). Allez I-G-G-Y, on y croit !