Galantis "Peanut Butter Jelly"

galantis-peanut-butter-jelly

Depuis son explosion dans les charts et les festivals de la planète entière, l'EDM est un genre que les puristes et les hipsters adorent détester, et chaque année on prédit sa mort, on s'entend dire que le truc s'essouffle, on raille le manque de créativité du milieu et les postures ridicules de ses DJs stars (David Guetta en éternelle tête de gondole). Mais l'EDM, en vérité, n'en finit plus de faire danser, de Coachella à Tomorrowland, des clubs de Las Vegas aux campings du Cap d'Agde. C'est même l'une des scènes qui a le moins souffert des bouleversements récents de l'industrie musicale, et qui a su le mieux tirer son épingle du jeu.

 

Et parmi les nouveaux rois du pétrole, il y a le duo Galantis. Derrière ce nom, deux producteurs suédois qui possèdent chacun un CV long comme le bras ("Toxic" de Britney Spears, et "I Love It" des Icona Pop font partie de leurs principaux faits d'armes). Leur premier album, Pharmacy, est une collection de tubes dancefloor redoutables à la sensibilité pop évidente, tout en étant résolument destinés à faire bouger des milliers de personnes dans la poussière des festivals d'été. On sait également que Christian Karlsson et Linus Eklöw partagent avec leur compatriote Avicii une politique discutable qui consiste à ne jamais créditer les artistes en featuring sur leurs morceaux. Ainsi, on doit leur dernier single en date, "Peanut Butter Jelly", au groupe canadien Dragonette, qui a fait des collaborations EDM sa principale source de revenus ces dernières années. Mais les mecs de Galantis auraient aimé que personne ne soit au courant... Pas très Charlie tout ça les gars.

 

"Peanut Butter Jelly", c'est clairement la grosse bamboche des enfers. Comme dans la vidéo qui l'accompagne, où les clients d'un supermarché ne tardent pas à succomber aux beats euphoriques du duo, il est impossible de résister au charme idiot de ce tube estival qui évoque "Barbra Streisand" de Duck Sauce ou "The Bomb" des Bucketheads. Avec ses bonnes montées de fête foraine et sa touche disco, "Peanut Butter Jelly" se consomme avec une grosse chope de bière et des amis qui savent s'amuser.