Le nouvel album d'Ariana Grande mérite-t-il de passer l'été ?

ariana-grande-into-you

Les fans d'Ariana Grande ont toutes les bonnes raisons du monde de me montrer du doigt d'un air mauvais. En fin d'année dernière, alors qu'elle floppait misérablement avec son single "Focus" et qu'un sondage la qualifiait "star la plus détestée des Etats-Unis avec Bill Cosby" (rappelez-vous cette sombre histoire de donuts), j'étais parmi ceux qui disaient "Who cares, cette nana n'apporte rien de plus au paysage pop de toute façon". Pourtant j'avais adoré beaucoup de ses singles, surtout "Love Me Harder". Mais son sort dans le music business m'intéressait peu. J'avais l'impression qu'elle était là pour faire tapisserie et divertir un peu les gens entre deux gros évènements pop. Et puis l'album Dangerous Woman est sorti. Les Arianators, même si leur nom de fanclub est bien pourri, avaient raison depuis le début.

 

ariana-grande

 

Sans crier au chef d'oeuvre, il faut quand même se rendre à l'évidence : ce disque est HOT ! Avec un timing de sortie absolument parfait, dans un désert d'actu pop total et juste avant d'embraser l'été, Dangerous Woman est un album 100% miel certes, mais avec suffisamment de tubes et d'audace pour foutre une claque au plus blasé d'entre nous. On peut voir ce disque comme une déclaration d'intention, avec sa démarche très "show off", tapant dans tous les styles, mais tapant souvent juste. Dangerous Woman est aussi clairement un album de sexe, ou plutôt un album sexy, fun et salace à la fois, et qui envoie du banger house ("Be Alright") ou disco ("Greedy") entre deux tracks de kinky soul délurée et démonstrative. Et puis il y a "Into You".

 

Avec la team de Max Martin aux manettes, pourtant sérieusement en surchauffe ces derniers mois, "Into You" est un vrai morceau de bravoure. Etonnamment débarrassé de tous les gimmicks à la con du moment censés nous accrocher l'oreille, mais avec une prod' super classe et des lyrics qui rappellent les meilleurs titres de Britney ("A little less conversation, and a little more touch my body"), ce tube dance évident ne tombe dans aucun des clichés de la pop de 2016. Ni tropicale ni dark pop, juste une putain de bonne chanson, idéale pour que la voix de Chanel #2 puisse en faire des caisses et slayer le dancefloor. Même le clip, visuellement cool avec son petit plot twist sympa, est une réussite. QUEEN ? Queen.