Ariana Grande : amour, dancefloor et résilience sur "No Tears Left To Cry"

C'est peu dire que le nouveau single d'Ariana Grande était attendu avec pas mal d'appréhension, et peut être même une pointe d'inquiétude. On se demandait à quoi allait bien ressembler l'ère post-Manchester. Le 22 mai 2017, soit il y a presque un an, un attentat terroriste particulièrement meurtrier (22 morts et des centaines de blessés lors de l'explosion d'une bombe) a eu lieu à la fin d'un concert de la chanteuse. Notre star de poche devenait alors, à son corps défendant, le visage de la résilience face à la terreur, en organisant dans l'urgence un concert de soutien aux familles des victimes dans cette même ville, réunissant sur scène tout le gratin de la pop, à peine deux semaines après le drame.

 

Le concert One Love Manchester, à y regarder de plus près, a été le déclencheur de pas mal de vocations, certaines pas toujours très heureuses. Ainsi, Justin Bieber, après une prestation sobre mais quasi-christique, s'est découvert depuis une passion pour les bondieuseries et les gourous people, dont on ne sait pas encore s'il ressortira indemne un jour. Quant à Ari, son break bien mérité auprès des siens n'aura été entrecoupé que de brefs passages médiatiques lors de manifestations telles que March For Our Lives à Washington, un rassemblement contre le lobby des armes à feu.

 

Bref, on avait un peu l'impression, ces derniers mois, que cette irruption violente et sanglante de la "vraie vie" dans l'univers rose bonbon des stars de la pop avait assombri durablement les esprits. C'est donc avec un grand soulagement qu'on découvre aujourd'hui le nouveau titre d'Ariana Grande, "No Tears Left To Cry".

 

 

Car ne vous fiez pas à son titre très drama : "No Tears Left To Cry" est un vrai hit prêt à enflammer les radios. Certes, il ne parle que d'une chose : la résilience. Se retrouver avec ses proches, et recoller les morceaux quand tout est détruit dans sa vie. Mais c'est surtout un très beau club banger sensible, teinté de militantisme arc-en-ciel ("Comin' out, even when it's rainin' down"), un hymne à l'amour un peu neuneu (mais avec un refrain incroyable), au positivisme acharné et au capiteux parfum de tube de l'été.

 

La vidéo blockbuster qui l'accompagne, réalisée par le clippeur des stars Dave Meyers, n'apporte pas grand chose à l'affaire, sinon la grosse louche de glamour règlementaire, et des indices sur la tracklist de l'album dont probablement le titre du prochain single (vers 3mn12). De ce disque, on sait encore très peu de choses, sinon que Max Martin (à l'oeuvre sur ce titre avec son pote de studio Savan Kotecha) et Pharrell Williams figurent au casting.

 

˙nɐǝʌɹǝɔ ǝl ɹǝuɹnoʇǝɹ snoʌ ɐʌ ᴉnb ǝᴉɹǝnʇ ǝun ɔǝʌɐ ɹnoʇǝɹ ǝp ʇsǝ ǝpuɐɹפ ɐuɐᴉɹ∀ 'ɟǝɹq