Troye Sivan et Hayley Kiyoko célèbrent la visibilité LGBT avec les clips les plus sexe de leur carrière

La semaine dernière, le Gay Twitter™ était en ébullition. Deux des personnalités queer les plus influentes de la pop, l'australien Troye Sivan et l'américaine Hayley Kiyoko, ont publié le même jour une nouvelle vidéo. Musicalement, "My My My!" et "Curious" sont deux énormes bombes. Mais c'est surtout les images qui font parler d'elles.

 

Troye Sivan a aujourd'hui 22 ans. Acteur et youtubeur depuis son plus jeune âge, c'est à seulement 15 ans qu'il fera son coming out face caméra. Depuis, alors que sa carrière musicale décolle avec son premier album Blue Neighbourhood en 2015, il n'aura de cesse de se mettre en scène dans des clips où les histoires d'amour et les flirts entre garçons seront omniprésents.

 

Hayley Kiyoko, après avoir joué plus jeune dans des téléfilms Disney et des adaptations de Scooby-Doo, se lance dans le grand bain pop en 2013, pour devenir en quelques années une icône lesbienne, en partie grâce à ses clips où elle aussi se met en scène avec des love interests féminins.

 

 

Ce n'est donc pas une surprise de les voir continuer à explorer leur sexualité sur YouTube, pour le grand bonheur de leurs fans enamourés. En revanche, ce qui est intéressant, c'est de les voir grandir à l'écran. Et devenir, avec le temps, de plus en plus explicites et portés sur la chose. Car le point commun entre les clips de "My My My!" et "Curious", c'est la grosse claque de queer realness qu'on se prend au visionnage.

 

Dans "My My My!", on découvre Troye perdu dans un bâtiment désaffecté, petit minou ondulant fiévreusement du bassin au milieu de mâles prêts à l'action, au coeur d'une backroom cradingue où le plus téméraire de tous les thirsty bottoms n'oserait jamais mettre les pieds.

 

 

Autre salle, autre ambiance pour le dernier Hayley Kiyoko, qui débarque dans une soirée, chope toutes les filles de la pièce et se venge d'une ex petite amie en l'allumant dans les toilettes. Une petite sortie rondement menée.

 

 

De mémoire de fan de pop, on n'avait jamais vu ça. Jamais des artistes LGBT aussi jeunes et aussi mainstream n'avaient poussé le curseur du sexe explicite aussi loin. Car auparavant, c'était plutôt le rôle des popstars féminines de nous fournir notre dose de sexe gay : Madonna avait ouvert la voie, et beaucoup de nos chanteuses préférées ont longtemps exploité l'imagerie homo-érotique dans leurs clips.

 

Mais Troye et Hayley (avec aussi Olly Alexander du groupe Years & Years) sont véritablement des pionniers de cette visibilité-là. Celle de montrer le flirt, l'amour entre personnes du même sexe, mais désormais aussi l'envie, le sexe. A mesure que les fans de leur génération ont grandi avec eux et se sont ouverts à la sexualité parfois à travers leurs chansons, c'est donc une suite logique de voir ces artistes, aujourd'hui dans la vingtaine, parler ouvertement et le plus simplement du monde, de baise. Certes, on sait bien qu'il y a une bonne part de fan service dans tout ça, mais qu'importe.

 

 

La pop a toujours parlé à la jeunesse, de sa propre jeunesse. Mais l'air de rien, il aura fallu attendre 2018 pour voir enfin un jeune artiste gay s'éclater avec son corps, danser comme si demain n'existait pas, avoir confiance en lui et oser s'assumer en sujet sexué. Et n'en déplaise à ceux, au sein même de la communauté, qui aimeraient que cette visibilité ne soit pas si ostentatoire : pendant ce temps, il y a peut être une jeune ado qui a les yeux qui brillent en voyant Hayley emballer toutes les filles de la planète.