Avec "Feelings", Hayley Kiyoko poursuit son journal intime pop, queer et dansant

Dans une industrie encore frileuse sur la question, les artistes pop ouvertement gay, même en 2017, ne sont pas légion. Parmi les plus jeunes, influents et visibles, on peut citer entre autres Troye Sivan, Olly Alexander du groupe Years & Years, ou encore Hayley Kiyoko. Cette dernière est devenue, en quelques années, une icône pour les LGBTQ. Sur le premier single qui l'a fait connaître, "Girls Like Girls" publié en 2015, le clip annonce déjà la couleur (rainbow) : on peut y suivre les mésaventures d'une jeune fille qui découvre son attirance pour sa meilleure amie. La chanson (autobiographique) parle d'une dangereuse serial dragueuse qui ne peut s'empêcher de convoiter les meufs hétéro déjà en couple (pour résumer, c'est un peu "I Kissed A Girl" in reverse). Cette façon de parler de son orientation sexuelle et de ses sentiments aussi ouvertement, explicitement et avec autant d'honnêteté, sans tourner autour du pot et sans s'excuser, a fait d'elle l'une des artistes queer américaines les plus appréciées de la communauté, mais aussi l'une des plus charismatiques et attachantes.

 

Pour ses vidéos, souvent réalisées par la chanteuse elle-même, elle se met parfois en scène dans des scénarios inspirés de ses propres expériences, ses propres déboires sentimentaux. Dans le clip de "Gravel To Tempo", on la voit tenir tête au groupe de filles populaires du lycée, affirmant sa singularité. Sur le titre "Sleepover" sorti en début d'année, elle évoque l'enfer d'un crush non réciproque. Toutes ces chansons sonnent "too real" et trouvent écho dans la vie de ses fans, qui peuvent ainsi s'identifier et se prendre un gros shoot d'estime de soi. "En général, on gagne de la confiance après des années de lutte avec soi-même au début de l'âge adulte. Je veux encourager les plus jeunes à prendre confiance en eux dès maintenant. Pas plus tard. Pour qu'ils prennent conscience de leur propre valeur dès leur plus jeune âge."

 

Hayley Kiyoko revient aujourd'hui avec un nouveau titre ultra accrocheur, "Feelings". Pour illustrer ce bop irrésistible qui célèbre l'euphorie des sentiments amoureux, Hayley se lance dans une relecture queer du clip "The Way You Make Me Feel" de Michael Jackson. Mais dans une version beaucoup plus mignonne et bien moins gênante que le quasi harcèlement de rue lourdingue que faisait subir le King of Pop à sa proie féminine à l'époque. Ici, dans un unique plan séquence, Hayley flirte avec une inconnue croisée dans la rue, en dansant et virevoltant autour d'elle comme dans une comédie musicale de chez Disney.

 

A la fois adorable et badass, Hayley Kiyoko est le role model pop idéal pour des milliers de jeunes meufs en quête d'identité. Et avec un tel talent pour se mettre en scène, raconter des histoires et se connecter à ses fans, elle mériterait de devenir aussi visible et populaire qu'une Selena Gomez ou une Taylor Swift.