Miley Cyrus "Adore You"

miley-cyrus-adore-you

A l'annonce de la mise en ligne d'une nouvelle vidéo de Miley Cyrus, c'est l'effervescence dans les rédacs des magazines people. Sur le net, les stagiaires galériens du monde entier se frottent les mains en affutant un titre bien vendeur qui leur assurera un taux de clics satisfaisant. Et le clip de la ballade "Adore You" leur mâche bien le boulot : "Miley se touche dans sa nouvelle vidéo", "Miley, la provocation de trop ?", "Miley Cyrus, toujours plus trash, dans un clip proche de la sextape". S'ensuivent, invariablement, des tombereaux de commentaires haineux dans la section "défouloir du petit peuple" prévue à cet effet en bas de page.

 

Vous êtes surement un peu comme moi, particulièrement lassés de ce slut shaming un poil redondant. L'ironie de la chose étant que la plupart de ces news torchées à la chaîne sont le fait de "rédacteurs" gays et urbains accros à leur appli Grindr et qui ont tous déjà envoyé de bien plus odieuses photos et vidéos de leur anatomie à de parfaits inconnus, des documents peu ragoutants à côté desquels cette mignonne petite séquence d'effleurage de frifri paraît bien inoffensive. Je trouve, au contraire, que ce clip est sans doute le plus joli et le plus doux qu'elle ait pu produire jusqu'ici, loin des hideuses saynètes gogoles de "We Can't Stop" et "Wrecking Ball". On y voit surtout une fille qui se kiffe, qui adore montrer son corps de petite bombasse effrontée en pleine possession de ses moyens, et qui vous emmerde. Miley Cyrus, ultime beauté vulgaire de la musique populaire, avec des morceaux qui pètent la classe, emballés dans du papier à journaux.