Madonna et "Medellín" : quand une popstar largue les amarres

Madonna est de retour. "Madonna est de retour" est sans doute la phrase la plus lue et entendue de l'histoire de la pop, et pour cause : ça fait presque 40 ans que ça dure. A ce stade dans sa carrière, quand on s'appelle Madonna et qu'on n'a plus rien à prouver, elle pourrait se la couler douce et se contenter d'albums de reprises acoustiques de ses tubes iconiques, tout en continuant à remplir les stades, personne ne lui en voudrait.

 

Mais la Ciccone joue les prolongations dans ce qui semble demeurer sa dernière et ultime provocation : rester présente dans l'actu pop, coûte que coûte, malgré les injonctions à prendre une retraite bien méritée (et se couvrir un peu). A 60 ans, Madonna vous emmerde et fait ce qu'elle veut. Au fond, rien n'a jamais changé.

 

Reine du comeback et de la réinvention, Madonna est désormais, sur ce 14ème (!!) album à venir, Madame X. Un personnage protéiforme dont elle dévoile les contours dans un teaser intrigant.

 

 

Parmi les différents jobs de Madame X, on peut noter "professeur de cha-cha". C'est sous cette identité que la Madone a présenté hier son premier single, "Medellín". Un duo avec la popstar colombienne la plus hot du moment, le bogosse des enfers Maluma. Car selon la chanteuse, Madame X se nourrit de son récent déménagement au Portugal : l'album sera très influencé par la pop latine.

 

Pourtant, "Medellín" n'est pas facile à aborder. On est loin du tube immédiat et "caliente" que les fans attendaient sans doute de pied ferme. Si vous lancez le titre en soirée, personne ne va hurler de joie en renversant sa vodka pour se précipiter sur le dancefloor. Malgré sa vibe latino et sa nonchalance sexy, "Medellín" est très loin de "La Isla Bonita".

 

"Medellín" est autre chose. Produit par le cultissime Mirwais, spécialiste français d'une electro minimaliste aussi efficace qu'hypnotique (et qu'on retrouve à la barre sur les albums Music et American Life), ce premier single est à voir davantage comme une piste longue (on frôle les 5 minutes) et planante, un reggaeton de sieste crapuleuse avec d'irrésistibles gimmicks ("one, two, cha-cha-cha", "slow down papi") et une Madonna qui enchaine les clichés sur la Colombie comme on enfile des perles.

 

 

"Medellín" n'est définitivement pas un tube, non, mais plus sûrement un trip introspectif dans la psyché un peu tourmentée de la Queen of Pop. "I took a pill and had a dream / I went back to my 17 year / Allowed myself to be naive / To be someone I’ve never been".

 

Et si le titre, et l'album à venir, étaient une pause, une récréation dans la vie de la popstar qui ressemble souvent à une course permanente voire une fuite en avant ? Et si Madame X était le jumeau latin et frivole de Ray Of Light, aussi apaisé et exalté que cet album sorti il y a 20 ans, dans lequel Madonna s'épanchait sur sa quête de sens et de spiritualité ?

 

Sipping my pain just like champagne / Found myself dancing in the rain with you / I felt so naked and alive / For once I didn’t have to hide myself.” “I took a trip, it set me free / Forgave myself for being me.

 

Derrière la chanson un peu cagole en duo avec le mec le plus sexy de la planète pop, se cache sans doute quelque chose d'autre : et si Madonna en avait un peu ras le bol d'être Madonna, et voulait larguer les amarres en musique ? Réponse le 14 juin, à l'écoute de Madame X.