Ellie Goulding revient avec "On My Mind", un titre qui hésite entre le cool et le tiède

ellie-goulding-on-my-mind

Ellie Goulding is back ! A vrai dire, elle ne quitte jamais la pièce bien longtemps, et ça n'est pas comme si récemment les radios du monde entier n'avaient pas joué la power ballad "Love Me Like You Do" jusqu'à l'épuisement. Mais cette fois, c'est avec l'annonce d'un nouvel album, le premier depuis Halcyon paru en 2012, que la jeune anglaise abonnée aux singles, aux BO de films et aux bangers avec Calvin Harris, revient ambiancer le Q4.

 

Delirium, c'est le nom du disque, s'annonce résolument pop, avec à son bord l'inusable Max Martin, Greg Kurstin, Jim Eliot, Ryan Tedder, Klas Ahlund et Guy Lawrence des frangins de Disclosure. En gros, la dream team de la pop song FM. Et Disclosure. En interview, Ellie évoquait des sessions d'enregistrement avec Diplo, mais on ne retrouve son nom nulle part sur la liste des collaborations. Enorme smiley triste.

 

On découvre aujourd'hui le premier single extrait de l'album : "On My Mind". Et bon, comment dire. Ce n'est pas tant le soi-disant gros virage pop qui nous surprend (la Bouledingue a toujours su nous vendre de la pop mainstream sous un emballage cool, même si la période dubstep pour fragiles d'Halcyon avait un peu brouillé les pistes). Non, ce qui frappe, c'est qu'un titre de Max Martin puisse autant ressembler, en 2015, à une version un peu surproduite et chichiteuse d'un bon vieux tube rock cagole californien de Maroon 5. Perso, je trouve que le grand maître scandinave commence à montrer de légers signes de fatigue, et n'a plus les épaules assez larges pour pallier le manque cruel de créativité de l'ensemble de la pop occidentale. Le gars ne peut pas être partout, et faire des merveilles à tous les coups. Et même si les intentions sont là, avec une production impeccable et une summer vibe bien sympathique, "On My Mind" a quand même des allures de grower qui ne décollera jamais. Pour la grosse chanson pop qui met tout le monde d'accord, il faudra repasser.

 

UPDATE : la vidéo, tournée à Las Vegas et dans laquelle il se passe à peu près n'importe quoi, est en ligne !