Rihanna, salope sensible

C'est difficile de défendre Rihanna. Les gens autour de moi sont en général révulsés par sa vulgarité. Moi, je l'ai toujours aimée. C'est même elle qui m'a inspiré le nouveau slogan de ce blog, "beautés vulgaires de la musique populaire". Rihanna est cool, elle n'a pas peur d'être une fille légère, elle assume. Ses chansons non plus, n'ont pas peur d'être trop dance, trop bourrins, trop mainstream, trop cul, trop putassières, trop dark, ou de trop mauvais goût.

 

Le clip de "We Found Love" en est le parfait exemple.

 

 

On peut s'attarder évidemment sur les défauts de cette vidéo. Oui, après cinq saisons de Skins, une histoire d'amour trash noyée dans l'alcool, les drogues, le sexe et le nihilisme crasse, c'est pas l'option la plus risquée et la plus originale dans le contexte pop actuel. Mais on peut également se dire que justement, en 2011, le trash est d'actualité parce que la réalité de pas mal de jeunes est assez déglingos (binge drinking, prostitution online, crevardises en tous genres). On n'a plus affaire à de simples gimmicks tirés d'une série à succès, mais à un genre à part entière, qui a pris sa source dans le quotidien des vrais gens, dans l'époque. Evidemment, danser dans un appartement en flammes, c'est un peu dangereux, ne faites pas ça chez vous les enfants.

 

Ce clip, qui évoque des dizaines d'autres références (recensées ici) est sale, violent, vaguement dérangeant, ultra racoleur, mais aussi très beau. Des valeurs assez rock au final. Rihanna s'autoproclamait rock star dans son album Rated R, et elle avait sans doute raison. Elle est, en tous cas, bien plus rock que ces grosses moules de Coldplay. C'est peut être pour ça qu'ils l'ont invitée sur leur disque ?

 

On a beaucoup reproché à Calvin Harris, producteur de ce titre, d'avoir transformé sa musique en dance gogole pour stades, lui-même citant souvent David Guetta comme son maitre à penser (on voit d'ailleurs Calvin dans le clip, derrière ses platines, faisant semblant de mixer dans un terrain vague, posture guetta-esque par excellence). Je crois au contraire que le son de Calvin Harris a gagné en honnêteté. Il veut embrasser les foules avec ses morceaux ? C'est pas une mauvaise chose. Calvin me fait penser à Fatboy Slim dans les 90s : la même mauvaise réputation de compositeur attardé qui faisait danser les anglais pintés dans les festivals. Il a pourtant fait des morceaux géniaux.

 

Imaginez "We Found Love" sans les boites à rythmes qui s'emballent et les synthés à deux balles. On pourrait presque faire chanter ce titre par Adele. "We Found Love" est un morceau plutôt joli, furieusement mélancolique, mais noyé sous une prod' pas finaude pour un sous. Ca ne vous rappelle rien ? L'italo disco. Une musique toute pétée, bancale, synthétique et froide, circonscrite dans son époque 80s, mais qui a donné des chansons souvent sublimes, considérées à leur juste valeur quelques décennies plus tard. "We Found Love" est une chanson condamnée, comme l'italo, à se démoder très vite, mais elle gardera le charme de la pop de 2011 en général, et de Rihanna en particulier : une beauté trash, vulgaire et sensible.