And the Jay-Z song was on

Une fois n'est pas coutume, c'est de nouveau sur W9, un peu par hasard et par curiosité, que j'ai passé la nuit entière. Cette fois, c'était pour assister en direct à une cérémonie très peu médiatisée outre-Atlantique, les American Music Awards.

 

Les AMA ont un peu la réputation peu flatteuse d'être les Grammy du pauvre. Les Grammy ploucs, les Grammy de l'Amérique profonde. Ceci pour une raison assez simple : contrairement aux respectés Grammy Awards, les American Music Awards ne sont pas le résultat d'un vote de professionnels en vue de constituer une vitrine idéale des productions et talents ricains exportables à l'étranger. Les AMA, c'est le public et les acheteurs de cédés qui votent. Du coup, au lieu de favoriser du R&B bon teint classieux qui fera rêver un public international potentiel, on avait souvent droit à une ribambelle de stars locales, et pendant des années la country sous toutes ses formes (des Dixie Chicks à Carrie Underwood) et le rock bière tiède style Kid Rock ou Nickelback prenaient toute la place dans une cérémonie qui sentait bon le graillon et les voyages en pick-up.

 

Mais cette image un peu folklo est surtout le résultat d'un a priori assez négatif du public européen sur la faune des ricains de base. En effet, ça fait un moment déjà que les States sont redevenus un continent créatif et novateur, musicalement parlant, et que le grand public, loin d'être à la traîne, soutient des artistes autrement plus passionnants que nos Johnny et Renan Luce locaux. Et même les artistes "country" de là-bas ont depuis longtemps modernisé leur son, le coupant aux sons pop et R&B comme le font aujourd'hui Taylor Swift ou Carrie Underwood. On ne peut pas en dire autant de nos momies variétoches...

 

La cérémonie de cette année, W9 a eu la riche idée de la diffuser en direct et dans son intégralité la nuit dernière, de 2 à 5 heures du mat'. Les deux animatrices chargées de commenter le show étaient une personne dont j'ignore l'identité, petite meuf à la voix d'animatrice radio sympathique, et Amel Bent. Et alors qu'on s'attendait à un habituel désastre de conneries cacophoniques comme lors des retransmissions des MTV Awards sur le MTV français, il se trouve que les commentaires étaient pour une fois drôles et pertinents (l'air de rien, on oublie qu'Amel Bent, malgré une discographie lorgnant un peu trop du mauvais côté de la FM, a une culture musicale solide dès qu'il s'agit d'évoquer les artistes américains).

 

Côté show, on peut dire que tout le monde était là. Tout le monde, c'est à dire tout le gratin du show-biz qui compte et qui vend des disques en quantité. Et même les morts, puisque Michael Jackson a été nominé dans 5 catégories. Et il y a aussi eu des revenants, mais j'y reviens (justement) plus tard.

 

Sur scène, les Black Eyed Peas toujours aussi saoulants, Jay-Z venu relever les compteurs, Rihanna qui va de plus en plus loin dans un délire creepy assez déconcertant mais néanmoins sympathique, ou encore Keith Urban, le keum ringardos de Nicole Kidman (qui avec sa country pop qui sent bon l'aftershave bon marché, me fait un peu penser au personnage de Rufus Humphrey dans Gossip Girl, l'ancienne rock star des années 90 tombée en désuétude, reconverti en bon père de famille). Alicia Keys est venue chanter son nouveau tube "Try sleeping with a broken heart", qui est sans doute la ballade r&b la plus cool depuis "Umbrella". Shakira a roulé du popotin, Taylor Swift n'était pas là mais a tout raflé (allant même jusqu'à piquer l'award du meilleur artiste de l'année à ... Michael Jackson, du grand n'importe quoi donc). Lady Gaga n'a pas failli à sa réputation de performeuse scotchante en jouant "Speechless" seule devant un piano dévoré par les flammes (OMG). Janet Jackson a fait un medley de ses tubes en playback dans une tenue marron étrangement hideuse. Timbaland était là également pour remuer son imposante carrure (son gros cul, si vous préférez) sur "Morning after dark", son excellent nouveau morceau.

 

On a aussi eu droit à un choc esthétique et sonore en la présence d'Adam Lambert, dernier tâcheron en date sorti d'American Idol. Du grand n'importe quoi emo-goth-pédé qui laisse un peu perplexe : oh mon dieu il joue sur l'ambiguïté sexuelle et il embrasse à pleine bouche un de ses danseurs, wow, on n'a jamais vu ça, vraiment...

 

Hihi, quel couillon. Bref, on s'égare.

Oui et donc tout à l'heure j'évoquais les revenants. Outre le single comeback de Mary J Blige, mais ce serait un affront de la classer dans cette catégorie, on a eu droit à la punition de l'année, Whitney Houston hurlant "I didn't know my own strength" devant un public conquis, qui fait toujours semblant de ne pas se rendre compte que la voix de Whitney est devenue celle d'un vieux canard bronchitique...

 

Et enfin, comment ne pas parler de la seule chose que les gens ont retenu de cette cérémonie : Jennifer Lopez, de retour avec un morceau assez efficace pour une fois, s'est un peu retrouvée le cul par terre pendant 2 secondes et demi. Au moins on en parlera, de son retour...

 

Pendant la cérémonie, Amel Bent a fait remarquer, un peu dépitée, que si elle osait se pointer dans une émission avec une tenue aussi excentrique que n'importe laquelle des chanteuses présentes sur scène ce soir-là, elle se ferait massacrer par la presse et le public. C'était sans doute la phrase la plus lourde de sens de cette soirée.

 

Voici quelques images du show. Elles risquent de disparaître à toute vitesse, comme d'habitude, donc profitez-en bien :)

 

Seul bémol : pas de Miley Cyrus ce soir-là. Qu'à cela ne tienne :)