Add to basket

Il n'y a pas si longtemps (quoique), à l'époque où les adolescents allaient encore s'acheter des CD à la fnac, il y avait une période de l'année où toutes les sorties "importantes" des maisons de disques se bousculaient au même moment. On appelait ça "la rentrée musicale", et ça nous consolait un peu à notre retour de vacances.

 

Aujourd'hui, cette fameuse rentrée s'est quelque peu déplacée dans le calendrier. En 2010, les priorités des maisons de disques sortent en même temps que les coffrets et best of de fin d'année, à la fin de l'année donc. Ca donne évidemment un embouteillage terrible de disques soit-disant indispensables, en tout cas Pascal Nègre fera tout pour vous les refourguer. La raison de ce changement, c'est bien sûr la crise, et l'idée un peu naïve que les gens s'offriront des disques au moment des fêtes.

 

Petit tour d'horizon des grosses sorties de ces dernières / prochaines semaines.

 

 

The Black Eyed Peas The Beginning


Village People des temps post-modernes, les Black Eyed Peas sont aujourd'hui les plus gros vendeurs dans le monde avec Lady Gaga. On ne lit pas souvent leur nom sur ce blog, car pour moi ce groupe c'est un peu l'Antéchrist, les fossoyeurs de la pop.
Leur musique est à la fois incroyablement séduisante et en même temps aussi émouvante qu'un steak surgelé. Les Black Eyed Peas, c'est l'équivalent musical d'une grosse bagnole rutilante avec toutes les options les plus inutiles. De l'aveu même de Will.I.Am, ils ont toujours cherché à créer le son le plus global, populaire et fédérateur qui soit, à la fois capable de faire danser le petit Européen, le Ricain de base ou le gros Chinois. Un album de BEP, c'est comme une fête où on aurait trop bu qui ne s'arrête jamais et qui donne très mal au crâne. Le lendemain on se réveille à côté d'un garçon moche, nos fringues sentent le Bacardi et le vomi, et on découvre sur facebook des photos de soi en train de lever les bras sur "I gotta feeling", et on a honte, honte, et on se dit "plus jamais ça". Puis le weekend suivant, tout recommence. Avec les BEP, la bêtise ne s'arrête jamais.

 

 

 

Rihanna Loud


Rihanna, tout ça, c'est un peu de sa faute à la base. Si aujourd'hui tout le monde fait de la musique de club, c'est à cause du succès de "Don't stop the music" en 2007. Son précédent disque, "Rated R" avait été jugé trop sombre, alors comme Rihanna est bonne élève, elle a un peu mis la pédale douce sur les chansons goth qui parlent d'armes et de viol (dommage). Au placard également ses tenues de prêtresse SM à gode-ceinture d'un goût douteux, car Rihanna reste une chouette fille, même avec des cheveux rouges. La musique, elle, est bien résumée par le titre du disque : une bande-son cool pour manèges d'auto-tamponneuses à la ducasse de Calais. Bourrin parfois, mais pas que. Beaucoup plus catchy et mélodiques que les Black Eyed Peas par exemple, ses titres restent au dessus de ce qui se fait en ce moment dans le genre pop electro surchargée en lipides. Il y a même des ballades, histoire de reprendre un peu son souffle avant de retourner faire un tour dans la backroom ou sur le grand huit, c'est selon. Chez Rihanna, on aime les sensations fortes.

 

 

 

Cheryl Cole Messy Little Raindrops


C'est la dernière petite fiancée de l'Angleterre, jolie membre du jury de X Factor à coté de laquelle Dannii Minogue ressemble à un vieux travelo de Compton Street. Elle fut membre des Girls Aloud, qui sont aujourd'hui en stand-by probablement jusqu'à la fin des temps. Sa carrière solo, musicalement, c'est pas vraiment glorieux. Déjà deux albums, dont celui-ci, un peu bâclé, qui donne au mot filler tout son sens. Doit encore faire ses preuves.

 

 

 

Robyn Body Talk Pt. 3


Robyn avait annoncé trois albums pour 2010, chose promise chose due. Cette troisième livraison est une sorte de best of des 2 premiers volumes, mais pas d'arnaque ici puisqu'elle a gardé les meilleurs morceaux inédits pour la fin. On peut vraiment dire que Robyn a sauvé la pop de la médiocrité ambiante cette année. Rien que pour cela, on peut lui souhaiter une vie affective moins pourrie que dans ses chansons.

 

 

 

Michael Jackson Michael


L'objet le plus bizarre de l'année, le premier d'une longue série d'albums posthumes de Michael Jackson fait couler beaucoup d'encre. Les fans hésitent entre s'alarmer du flou artistique autour de la fabrication de ce disque et la curiosité légitime de découvrir de nouvelles compositions. A l'écoute de "Breaking news" et du duo avec Akon, on est un peu dubitatif. Inachevés, brouillons, des titres restés dans les tiroirs ne peuvent jamais vraiment s'inscrire dans la discographie d'un artiste, et ceux-là n'échappent pas à la règle. L'écoute de ce disque risque de nous faire l'effet d'un chant du cygne déprimant dont on pourrait bien se passer.

 

 

 

Kanye West My Beautiful Dark Twisted Fantasy


On peut lui reprocher beaucoup de choses à l'ami Kanye, en particulier sa mégalomanie qui menace chaque jour un peu plus de le faire sombrer dans la folie ou le ridicule. Mais on peut aussi se dire qu'il en a bien le droit. Parce qu'avoir la folie des grandeurs, quand on crée, c'est loin d'être une mauvaise chose, et le nouvel album du meilleur pote de Taylor Swift en est la preuve la plus éclatante. Arriver à écrire un tel album de hip hop contemporain, où chaque morceau est un futur classique pop, ça force le respect, alors, comme il le dit si bien, aimez-le, bordel ! *quitte la salle en larmes*

 

 

 

Nicki Minaj Pink Friday


A part envoyer voler des assiettes à laggle de son mec, Nicki Minaj fait aussi beaucoup dans le featuring. Cette année, si tu fais du hip hop ou du r&b et que tu n'as pas ton duo avec Nicki, autant dire que tu as raté ta vie. Nicki Minaj a placé sa voix et son flow partout où elle a vu de la lumière, transformant n'importe quel titre en tuerie et affolant les blogueurs, garçons et filles. Nicki c'est l'effet Viagra quoi. On verra si en solo ça fonctionnera aussi bien, mais il y a bon espoir : "Right thru me" est le nouvel "Umbrella".

 

 

 

Kid CuDi Man On The Moon II - The Legend Of Mr. Rager


Kid CuDi est le rappeur qui plait à tout le monde. Les nerds à lunettes de Pitchfork, les clubbeurs, les mecs du hip hop, tout le monde s'incline face à la roublardise pop, la nonchalance indé et cool de ses quelques tubes. Là où la pop mainstream s'enlise dans une bouillabaisse electro indigente, le monde du rap innove, fédère, et fait des hits.

 

 

 

Kitsuné Maison Compilation 10 - The Fireworks Issue


Moi qui passe ma vie à déverser toute ma haine et mon aigreur sur les cool kids parisiens, les compiles Kitsuné sont mon "guilty pleasure" perso. Car moi aussi j'aime les groupes de branleurs à laptop qui font de la pop prétentieuse et font danser les filles dans des soirées où t'es OK, t'es bath, t'es in. Et même si je n'ai pas de "blogueuse mode influente" dans mon carnet d'adresses, ça ne m'empêche pas d'aimer Is Tropical ou Clock Opera.

 

 

 

Jenifer Appelle-Moi Jen


Je sais, je vais au devant d'une grave déception en plaçant quelque espoir dans cet album de Jenifer. J'ai tellement adoré le single "Je danse" que je veux bien volontiers donner une chance à tout un album s'il est dans la même tonalité "variétés 80s pour vacances au Cap d'Agde". Croisons les doigts et buvons du Tropico en attendant.

 

 

 

Mylène Farmer Bleu Noir


Une fanbase en surchauffe, un titre produit par RedOne, cette année à Noël il y aura un nouvel album de Mylène, et à chaque sortie de disque, on se dit que l'apocalypse est proche tant le mauvais goût est toujours à deux doigts du génie, ou inversement. Farmer se rêve de plus en plus en Madonna, diva des dancefloors en retard de trois wagons, qui drague le marché des pays de l'Est et la billetterie des stades avec toujours plus de savoir faire et d'opportunisme. Et bien sûr, on attend tous le grand duel Jenifer / Farmer aux NRJ Music Awards en janvier. De quoi alimenter les forums des lecteurs golmons de Charts in France pendant encore de longs mois.

 

 

Voilà en gros l'actu discographique non-exaustive de cette fin 2010, les grosses locomotives de l'industrie, les albums dont la PLV et les pubs télé égayeront les fêtes. Chacun y trouvera ou non son bonheur, moi je vais juste reprendre de la dinde.