Nadia Oh "I Like It Loud" / "No Bueno"

Nadia Oh, c'est un peu comme la nana du film Weird Science, on se demande parfois si elle est vraie ou générée sur ordinateur par un ado libidineux rêvant d'une Rihanna encore plus pétasse et cheap que l'originale.

 

Nadia Oh fait des tubes qui ne se vendent pas, des chansons débilitantes mais irrésistibles, qui sentent l'été, la sueur, le monoï, le sable brûlant, l'aftershave bon marché, la vodka-Redbull et le poppers. Ca transpire le sexe et la luxure à des kilomètres mais, faute d'ambition et probablement de moyens, elle n'arrive pas à suivre les traces de sa rivale barbadienne. On ne la voit pas beaucoup, sa voix (un peu pourrie) est noyée sous les effets, en gros on ne sait pas vraiment qui est Nadia Oh, ce qu'elle fait dans la vie, on ne connait rien de ses rêves, ses espoirs, ses aspirations, ses blessures secrètes... Et on s'en fout un peu, non ? La musique de Nadia Oh parle tellement à notre côté biatche du dancefloor qu'on se fout bien d'où provient ce truc sans âme, sans visage, à la prod' crade comme le plus suspect des bootlegs. Nous, on veut juste danser.