Petite Meller et Pnau dégainent déjà le tube pop de l'été 2016 avec "Lil' Love"

petite-meller-lil-love

Et si on tenait déjà notre tube pop de l'été ? Chaque année, c'est à peu près à cette période qu'il apparait sur les blogs, et sans crier gare, qu'il devient incontournable. Et force est de reconnaître que "Lil' Love" est ce qui se rapproche le plus du tube de l'été idéal.

 

Petite Meller est une jeune fille qui a des origines françaises, et c'est à peu près tout ce que l'on sait sur la chanteuse, tant elle tient à cultiver le mystère autour de son identité. On sait aussi que ses deux précédents titres, "Baby Love" et "Barbaric" ont affolé les fans de pop l'année dernière, avec leur dégaine de petits tubes house jazzy. Dans ses clips, on peut voir cette étrange lolita aux joues roses danser en canotier dans la savane, faire des bisous à une girafe ou courser une bande de retraités au volant d'un golf cart, le tout sous un déluge de saxophone et de claviers un peu trop exaltés. Une singularité qui peut aussi avoir ses mauvais côtés : tout est un peu trop coloré, trop girly, trop quirky et surtout trop "art school" chez cette Petite, au point que l'on puisse trouver ça un peu épuisant au final.

 

petite-meller

 

Mais sur "Lil' Love", son nouveau titre en collaboration avec les australiens de Pnau, Petite Meller emprunte un surprenant virage eurodance, qui refroidira peut être ceux qui adoraient l'aspect un peu wes-andersonnesque, désuet et awkward de son personnage. Et c'est bien dommage pour eux, car cette chanson est une TUERIE. Avec son tempo effréné, ses synthés déchaînés et son refrain plus grand que la vie, "Lil' Love" a tout de la feel good song qu'on écoute en boucle à l'arrivée des beaux jours, en rêvant au premier flirt du printemps. Mention spéciale pour le "middle eight" absolument dingue qui grimpe à n'en plus finir dans les aigus, et on se demande alors si l'on doit pleurer de joie ou paniquer, hashtag syndrome de Stendhal. Non vraiment, ce titre est incroyable. Hâte de découvrir le clip où la chanteuse devrait, selon toute vraisemblance, faire du vogueing en amazone sur un rhinocéros, entourée de pom-pom girls recouvertes de papier crépon. Petite Meller, gros coup de coeur.