Dan Black, ancien The Servant et désormais producteur multi-platiné, revient avec "Headphones"

dan-black-headphones

Vous souvenez-vous de Dan Black ? Petit retour en 2003 où la France découvrait avec grand plaisir le groupe britannique The Servant, mené par un plus que charismatique certain Dan Black. Le groupe vit son plus gros succès avec un album à leur nom et surtout "Orchestra" que vous n’avez pas pas pu rater à l’époque. Et après 3 singles de plus et des tournées, le groupe propose 3 ans plus tard un quatrième album (eh oui, le groupe a eu une carrière après leur album éponyme) qui passera presque inaperçu.

 

C’est alors que Dan tente l’aventure en solitaire, proposant en 2009 son premier album solo, intitulé UN. Signe annonciateur de son goût pour la France ? Le chanteur fait le buzz en utilisant la même ligne de batterie qu’"Umbrella" de Rihanna sur son premier single "Symphonies" (avec ou sans Kid Cudi) et voici que la machine est lancée. Dan Black devient un artiste indé apprécié, proposant un univers farfelu mais travaillé, usant de nombreux instruments à cordes associés à des sons électro-pop.

 

Et puis, là, c’est le drame, Dan disparait. Aucune nouvelle de lui, Monsieur décide de devenir l’homme de l’ombre, proposant ses services à d’autres et distillant quelques compositions ça et là comme l’excellent "Hearts" en 2013 avec la chanteuse Kelis, avec qui il fera une tournée nord-américaine (accompagnés de Robyn, la tournée de rêve, en somme). Mais c’est en 2015 que Dan fera mouche en produisant l’intégralité de l’album Chambre 12 de Louane, l’un des plus gros succès français vendus à plus d’un million d’exemplaires. Quand je vous parlais de son amour pour la France. Une apparition sur une chanson de Part-Time Friends et le voici aujourd’hui prêt à sortir de sa caverne en nous proposant "Headphones", une chanson qui ne change pas d’un iota la recette originale, signature de Monsieur Black. Ligne de batterie, envolées lyriques, voix aigüe, Dan ne nous déboussole en rien mais nous offre un titre mélancolique, à la fois sombre et mystique : qui sait, peut-être l’explication de son silence. Dan a-t-il vraiment vécu trop longtemps accroché à ses écouteurs ? En tout cas, il vient de les lâcher et on espère que ça ne présage que du bon pour la suite.