La Finlande aurait pu nous envoyer ces étranges créatures à l'Eurovision, mais non. Découvrez Club La Persé

club-la-persé-my-little-world

Ce samedi sur la télé finlandaise, c’était l’UMK, la sélection nationale pour l’Eurovision. A cause de l’échec cuisant de Sandhja qui représentait le pays en 2016, éliminée en demi-finale du concours, YLE (le télé-diffuseur public finlandais) a décidé de réduire la compétition à une émission, une seule finale au lieu de plusieurs demi-finales comme c’était le cas l'an dernier. Résultat : une sélection un peu molle et des titres pas forcément toujours glorieux. Les demi-finales ont toujours le mérite de "killer" certaines bouses, ce qui est déjà ça de pris mais aussi, parfois, de dégager des favoris pour notre grand malheur. Parmi les 10 chansons proposées, un petit titre electro-trash méritait le coup d’oeil : "My Little World".

 

"My Little World" est une chanson HYPER répétitive mais tellement addictive du groupe Club La Persé, aux influences grotesques qui puisent dans les tréfonds de la culture gay, club kid new-yorkaise et pop trash japonaise. Les personnages qui forment le groupe se prénomment Ellen Vivian, Mr Cunt, Miss Lili et Jean Michelle, et sont autant d'hommages à un glorieux passé de fabulousness déglinguée. Quand Pete Burns rencontre Leigh Bowery et Thierry Mugler et Party Monster. Il faut PLUS de choses de ce genre, plus de créatures, plus de dingueries incroyables.

 

Malheureusement le public n’a pas réellement suivi (ni les jurys des différents pays d’ailleurs). On peut le comprendre, surtout quand on voit les gagnants : le duo Norma John qui a littéralement écrasé ses concurrents avec un titre assez bold mais honnêtement un peu chiant. La victoire était méritée mais on aimerait avoir plus de titres fun qui sortent de l’ordinaire : ça sert à ça l’Eurovision, non ?