Banks "Beggin For Thread"

banks-760x426

Jillian Banks, nouvelle petite princesse de Tumblr, a tout pour plaire aux gens impressionnables (vous et moi) car, wow, elle a l'air trop cool et mystérieuse et envoutante et toussa. Depuis plusieurs mois, des esprits chagrins pointent du doigt (à raison) sa musique particulièrement chichiteuse, ce r&b alternatif porté aux nues il n'y a pas si longtemps et qu'aujourd'hui, effet de saturation oblige, même les sites indés comme Stereogum ou Pitchfork appelleraient presque au boycott. Aux Etats-Unis, ce son que l'on pourrait qualifier de r&b dark, qui manque cruellement du fun et des mélodies du r&b qu'on adorait au début des 00s, porte même un nom, le PBR&B, en référence à une marque de bière très appréciée des hipsters (la Pabst Blue Ribbon). Sous ce terme péjoratif, on retrouve des artistes comme Sohn, FKA Twigs ou Autre Ne Veut, mais le grand public s'est familiarisé avec ce son grâce au dernier album de Beyoncé, qui a ouvert le PBR&B au mainstream, mais aussi indirectement grâce à Lorde, qui s'est emparée des gimmicks du genre pour y ajouter une bonne grosse dose de mélodies pop.

 

Sachant tout cela, autant vous dire que pour beaucoup de fans de pop, Banks est suspecte. Son album sort en septembre et les innombrables singles qui en sont déjà sortis ne m'ont pas emballé plus que ça. Mais pour ce dernier titre, "Beggin For Thread", c'est une autre histoire. Moins expérimental, plus rentre-dedans et immédiat tout en gardant sa noirceur, le morceau emballe et pourrait même lui ouvrir les portes des playlists des radios mainstream. "Beggin For Thread", c'est un peu son "Gunshot" à elle, ce titre de Lykke Li, un tube sans le faire exprès qui s'est finalement retrouvé dans une pub pour bagnole. Deux titres qui ont en commun d'oser enfin l'impensable pour ce genre d'artistes ombrageux très tatillons concernant leur image : l'ouverture vers l'autre, vers la pop.