Jenifer : tchiki boum 2010

Omagade. Alors que sortent ces temps-ci probablement les pires albums de l'année par les pires artistes français (et je sais de quoi je parle, j'ai entendu le nouveau Cali à la radio tout à l'heure), je ne m'attendais pas à parler en bien du nouveau single de... Jenifer.

 

Il faut pourtant se rendre à l'évidence et admettre l'incroyable vérité : "Je danse" de Jenifer est sans tortiller du cul le meilleur morceau français à sortir cette année, aux côtés des "Collines" d'Alizée. Eh ouais ma bichette, kilucru ? Ces deux-là ont d'ailleurs un point commun, celui d'avoir fait produire leur album par des petits chimistes de l'électro franche touche. Jenifer, qui se voit épaulée par les gars de Cassius et de Jamaica sur son nouveau disque, va-t-elle connaître le même sort peu enviable que sa copine des Enfoirés, dont l'album "Une enfant du siècle", pourtant excellent, a fait un gros four ? Je ne lui souhaite pas, car "Je danse", avec ses influences Niagara-Muriel Dacq-La Notte La Notte, ses airs de tube de l'été 1986, a toutes les cartes en main pour sauver la rentrée musicale de la dépression.

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Jenifer débarque avec un titre de pop française à la fois très grand public et excitant, avec une production à se pâmer de bonheur (non mais écoutez-moi ces "clap-clap" de folie). Une chose qui n'était peut-être plus arrivée depuis... 1986 en fait.